lundi 17 septembre 2018

GP DE MONTREUX: UN AUTRE MONDE...

Il y avait quelque chose d'indécent à Montreux, ce dernier week-end, à l'heure où l'on parle de réchauffement climatique, à l'heure où l'automobile est de plus en plus dans le collimateur des politiciens et des autorités, à l'heure enfin où les restrictions en matière de circulation sont de plus en plus nombreuses.

Qu'à cela ne tienne, pour ce petit monde de passionnés réunis autour d'un évènement basé sur un Grand Prix qui a eu lieu en 1934!

Il faut dire que Montreux a débuté les commémorations de "son" Grand-Prix en 1984, ont suivi 1990, 2002, 2006, 2012 et 2014 avec le 80ème anniversaire. A chaque fois, (sauf en 2012) c'est l'esprit Grand Prix qui a été reconstitué dans les rues de Montreux.
En 2012, en plus de défilés d'élégance, et d'un rallye historique, c'est le Revival Montreux-Caux (déjà proposé 2006) qui représente l'apothéose de la manifestation. Né d'une course de côte datant de 1924, ce Revival reviendra en 2014.

Pour 2018, au menu, pas de GP dans les rues de Montreux, mais un rallye découverte le vendredi, un rallye à thème le samedi, et le Revival Montreux-Caux le dimanche.

L'ESPRIT DU GP DE MONTREUX 2018, VU DE L’INTÉRIEUR.
Sur invitation de mon garagiste (que je remercie au passage) j'avais donc accepté de conduire l'une de ses voitures une Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio Verde, boîte sélective, pour la journée du vendredi 14 septembre dans le cadre du Rallye découverte. Comme sponsor de la manifestation il avait droit à un équipage, et la voiture affublée du numéro 61, pouvait ainsi participer comme tous les autres inscrits à l'ensemble de la manifestation.
J'avais donc l'honneur d'ouvrir les feux avant de transmettre le véhicule à un autre client pour la journée du samedi...

Il est 8h00 ce vendredi-là lorsque nous nous présentons sous le couvert du Marché à Montreux, sous une pluie battante... En principe les hostilités devraient débuter à 08h30... En fait c'est le briefing qui était prévu à cette heure-là, et qui finalement a été repoussé à 08h45, l'ensemble des équipages n'étant pas encore présent...

Lors du briefing, le président d'organisation de la manifestation, nous donne quelques informations sur le déroulement de la journée, et les recommandations d'usage, au sujet du comportement et du respect de la LCR... Puis il explique comment va se dérouler le départ du rallye depuis 09h15. Partent en premier ceux qui sont parqués au centre de la place extérieur du Marché, puis ceux qui sont sur les parties latérales (nous y sommes) et enfin les plus délicates (anciennes) qui sont sous le couvert...
Les numéros n'ont donc aucune importance, et le patron commence à s'agiter à l'extérieur pour faire démarrer les premiers cités... mais rapidement c'est un joyeux capharnaüm, et plusieurs équipages plus pressés que d'autres partent avant ceux qui n'ont pas encore rejoint leur voiture... bref, à ce petit jeu, sans véritable gestion, nous décidons de démarrer... en passant le CP1 symbolisant le départ de Montreux.

Le roadbook est enfantin non seulement par la facilité de lecture (toutes des grandes routes, et les traversées des villes et villages bien signalées) mais également par les dessins des cases faits à la main, avec une symbolique particulière... nous verrons cependant qu'il manque de précision sur le plan kilométrique, et que certains carrefours ont changé depuis quelques années. Mais franchement rien de grave! Un participant étranger ne connaissant pas les lieux peut s'y retrouver sans problème.

Pas de timing pour rejoindre le CP 2, à l'aérodrome de Saanen, lieu où se déroulera le lunch et quelques épreuves... qu'on nous a dit... Il en faut évidement plus pour nous décontenancer, et nous nous retrouvons rapidement en file indienne avec les autres participants, dans les nombreuses zones ralenties par des travaux... Si presque tous les "pilotes" des anciennes restent sages, ceux des modernes (de nombreuses Ferrari entre autres) font largement jouer la pédale des gaz pour des dépassements intempestifs assortis d'un vacarme assourdissant... Pas cool pour les riverains, et surprenant pour les autres usagers de la route, notamment ceux en sens inverse de notre convoi, qui devront parfois freiner pour éviter ces bolides... Plusieurs manifestent leur mécontentement... par des appels de phares ou coups de klaxons insistants... Lorsqu'on sait qu'en Suisse tout citoyen se transforme volontiers en justicier lorsqu'il se trouve derrière un volant, je soupçonne en plus parmi les mécontents rencontrés sur la route direction Gstaad, qu'il y avait également un brin de jalousie face à ces nantis aux volants de leurs puissantes voitures de sport...

De notre côté, plutôt habitués au respect de la LCR, principe que nous prônons très sérieusement lors de l'organisation de nos manifestations routières, nous restons donc les spectateurs de ces quelques confrontations.... Mais lorsque nous devons à notre tour procéder au dépassement d'un véhicule plus lent, nous comprenons d'un seul coup! Le rugissement du moteur de 510 CV de notre Giulia doit être un brin dérangeant pour l'automobiliste dépassé, certainement plongé dans ses pensées et qui sursaute au bruit engendré par les quatre sorties d'échappement de notre voiture.

SAANEN: FAITES PARLER LES CHEVAUX!

Lors de notre arrivée sur l'aérodrome de Saanen, la pluie à cessé, nous pointons au CP2 et immédiatement nous sommes sous le contrôle de l'ancien organisateur du RIV qui, à la tête de plusieurs commissaires, nous a concocté un petit gymkhana nous conduisant au seuil de la piste pour un 400 mètres départ arrêté. Sympa et bien organisé!
Le principe, un tour de reconnaissance sous conduite, puis on nous lâche pour un deuxième tour!





Au moment de prendre le départ sur une piste encore humide, petite hésitation, faut-il enclencher le mode race? Non... nous restons sagement en mode dynamique tout de même. Ce n'est pas le moment de prendre des risques inutiles sur cette piste grasse et humide...

C'est parti! Le moteur rugit, çà pousse fort les 400 mètres sont très vite avalés, la vision du damier a quelque chose de frustrant tant on aurait voulu poursuivre cette accélération...

La suite ? Un petit concert de corps des Alpes, et un magnifique lunch, servi dans une grande et belle halle.

Ensuite pour ceux qui le désirent la piste est disponible jusqu'à 15h00! Je préfère quand à moi prendre mon appareil de photo et immortaliser quelques bolides en action et faire quelques photos d'ambiance...





RETOUR VERS MONTREUX CHAOTIQUE...
Le retour se fait par Zweisimmen, puis le Jaunpass et par le Pays de Fribourg... Tout ce passe bien jusqu'à Vuadens, où nous arrivons dans un bouchon gigantesque dû à la pose du bitume sur la moité de la route sur environ  1km sans feux de signalisation, juste 2 ouvriers avec radio, complétement dépassés dans leur gestion de l'important trafic du moment. 20 minutes d'arrêt !
Plusieurs équipages pris comme nous décident de faire demi-tour, malgré l'ordre du matin insistant sur le principe de suivre le Roadbook en tout temps.


Pour nous, cette ballade dans un autre monde va se terminer à 3 kilomètres de l'arrivée à Montreux. Une panne... Plus moyen de bouger... Plutôt gênant en pleine circulation de fin de journée... Le mécanicien de la marque, dépêché à notre secours ne pourra que se contenter de débloquer notre bolide pour le tracter jusqu'à l'agence locale...





BILAN DE LA JOURNÉE.
Pour nous qui sommes plutôt habitués aux rallyes historiques conventionnels, cette immersion dans "un autre monde" fut une expérience inédite et intéressante, avec une organisation soignée et grandiose. La présence de bolides incroyables et très rares comme par exemple cette Porsche 906 qui a participé au 24 heures du Mans, fait le succès de cet évènement. Le principe des rallyes-ballades avec animation est très bon, mais nécessiterait à notre goût un tout petit plus de discipline par exemple pour lancer les départs par numéro. La liste des 120 voitures inscrites sur le site serait un plus pour les nombreux spectateurs et photographes rencontrés sur la route. Par contre les CP avec étiquettes comportant le numéro de l'équipage est une très bonne et intéressante solution permettant de voir immédiatement qui manque à l'appel.

Un grand merci tout d'abord au Garage Alizé SA, de nous avoir invité à participer à cette journée, puis également à toute l'organisation pour la mise sur pieds d'un tel évènement, et surtout aux commissaires sur Saanen qui ont su mettre en place la sécurité nécessaire, efficace et conviviale pour permettre à tous les participants, pour la plupart peu habitués au monde du sport automobile, de faire parler les chevaux sans risques.

jeudi 13 septembre 2018

ALPINE CHALLENGE 2018: EDITION REUSSIE!

Sur le plan du nombre des équipages engagés (35 au total) avec un parcours sélectif et spectaculaire, avec une logistique soignée, la 3ème édition organisée par l'équipe du Rallye du Chablais avait tout les atouts en main pour signer une réussite.
- Un sac papier comprenant tous les moyens de marquages des voitures, prix souvenirs, informations, etc pour chaque équipage
- Au contrôle administratif, rien n'est laissé au hasard, notamment sur le plan de la sécurité, une déclaration de responsabilité est signée par chaque pilote.

- Dans le parc officiel, les premiers équipages préparent leur voitures avant de passer le contrôle technique.













Au matin du vendredi du prologue, malgré une météo qui s'annonce maussade pour le début du rallye, aucun grain de sable ne venait troubler la phase de préparation décrite ci-dessus avant le départ du prologue prévu à 13h00.

PROLOGUE FACULTATIF AVEC  14 ÉQUIPAGES!
Après un moment de flottement pour l'équipage n°11 qui trouvait finalement une voiture de remplacement, sa Mercedes 450 SLC ayant connu un petit problème ennuyeux (absence de clé) pour prendre le départ du rallye. Grâce à l'aide de Jean-Jacques Martens, Antoine Brajkovic et Dominique Dufrasne prenaient donc le départ avec une magnifique Mercedes 230 SLC de 1966.
Antoine Brajkovic / Dominique Dufrasne au départ du prologue...

Pour le reste, nous retrouvons le vainqueur de l'an passé, avec le numéro 1 sur sa Peugeot 305 GT de 1984, Jean Rick, cette fois accompagné de Gilles Maillard. Avec le numéro 2 sur la Mercedes 250CE, le duo Gottburg/Spart, avec le numéro 5 sur la Renault 5 Turbo 2, le couple Munsch, le 6, c'est les nouveaux venus Lieven et Seppe Vanrolleghem et leur Porsche noire en provenance de Belgique. Le numéro 8 c'est le couple Pernet et leur Triumph Spitfire. Le 9 c'est Jean-Jacques Martens/François Thomas, cette fois avec une Austin Haeley MK3 de 1967. Le 10, Pierre Mirabaud / Inna Kuzminova, avec une imposante Bentley S3 Continental. Le 12, des Français, Georges et Lydie Lauret avec une Porsche 911 très bleue... Le n°17, un équipage féminin Mihaela Brajkovic et Isabelle Dogne (les épouses respectives de l'équipage 11) et leur Golf GTI. Le 19 Daniel Olloz/Didier Barthe et leur BMW 325I. Le 20 sur une magnifique Chevrolet Corvette de 1963, c'est Celimène Lachenal /Pierre-Yves Belotti. Le 23, sur une Auto Union 1000S de 1961, pour Pascal Sutter / Michèle Franc-Orlando, et le 24, pour Willy Kempeneer et Anne Roete, et leur Mazda MX5.

UN PARCOURS SELECTIF ET DYNAMIQUE !
Dès la première ZR du côté d'Ollon-St-Triphon, les 14 équipages éprouvent des difficultés à combiner les nombreux changements de direction et la tabelle de régularité remise sur la ligne de départ. C'est le couple Lauret voiture 12, qui s'en sort le mieux avec 21 points.
Le couple Lauret très vite à l'aise dans le prologue...

Dans la ZR2, entre Bex et Lavey, c'est le couple Pernet (voiture 8) qui s'impose avec 14 points, dans la ZR3 Choëx-Troistorrents, 2 équipages font 8 points, le numéro 1, Jean Rick et le 9 Jean-Jacques Martens. Sur la ZR4, entre Val d'Illiez et Champéry, les équipages 1 et 19 font seulement 4 points! Au moment de la pause, sans prendre en compte les éventuelles pénalités et les coefficients, en tête c'est le couple Pernet, qui devance Lieven et Seppe Vonrolleghem, puis les Français Georges et Lydie Lauret.

Après les 2 dernières ZR du jour, les 2 premiers conservent leurs position au classement du prologue, et au 3ème rang, c'est Jean Rick qui s'y installe.














PLACE AU RALLYE! L’ÉTAPE 1, ROUND D'OBSERVATION MAIS PAS QUE!
Il règne une grande activité dans les alentours de l'Eurotel Victoria à Villars -sur-Ollon en ce samedi matin, dès 7h30. Il faut dire que le départ du premier premier équipage en Régularité a lieu à 07h50...

Au départ: 21 équipages en Régularité et 13 en Tourisme.

RÉGULARITÉ: UNE MATINÉE POUR SE PLACER ET NE RIEN LÂCHER!
Dès le départ, finie la rigolade! Tous les équipages, très concentrés, ont entamé cette journée de samedi avec un seul but: tout faire pour éviter d'être distancés au classement dès le départ. 
Sur la ZR1 (Col du Pillon), sorte de mise en jambe générale, c'est l'équipage Stéphane Dufour/Gaël Julliand qui réalise les meilleurs pointages, avec un total de seulement 4 points! Surprise au 2ème rang, Florian Gonon / Fédéric Hugon avec 6 points...
La ZR2 (Kleine Simme) s'avère plus piégeuse... sauf pour le duo Gonon/Hugon qui récidive avec seulement 6 points. Les Valaisans sont virtuellement en tête avec 12 points, devant l'équipage Rick/Maillard (17 points) et le couple Pernet (19 points).
1 seul point sur la ZR 3!
La ZR3 (Grund), après une longue portion de routier, permet au couple Munsch (Renault 5 Turbo 2) de mettre tout le monde d'accord avec seulement 1 point de pénalité! Suivent l'équipage Rick/Maillard (3 points) et Martens/Dupont (4 points). Les spécialistes de la régularité sortent du bois...
La ZR4 (Gurnigel) longue de plus de 20km exige une grande concentration! Cette dernière portion de régularité avant la pause est un terrain de jeu idéal pour la Porsche n°6 des Belges Lieven et Seppe Vanrolleghem, qui ne font que 2 points! Ils sont talonnés par l'équipage n°20, Célimène Lachenal /Pierre-Yves Belotti avec 3 points, puis l'équipage n°9 Martens/Dupont, avec 14 points.

L'équipage en tête après 4 ZR...
Au moment de la pause à Arconciel, dans le canton de Fribourg, au niveau des ZR (sans coefficient), l'équipage 6 pointe en tête avec 37 points, suivi du 20, et du 9 exæquo avec 41 points. Les spécialistes de la régularité prennent le pas... A noter l'abandon sur ennui mécanique (pompe à essence) de la BMW n°19 (Olloz/Barthe).

La ZR 5 (Pont-La Ville) est la dernière portion de régularité de la matinée. Elle est remportée par l'équipage n°11, Antoine Brajkovic/Dominique Dufrasne (2 points) devant l'équipage n°3 (Dufour/Julliand) avec 7 points et le couple Munsch (voiture 5) avec 10 points. 

C'est le moment de rejoindre la Riviera, avec un contrôle de passage au Leman Retro à Blonay. Toute la caravane du rallye se rend sur les quais à Montreux, pour le regroupement de midi au Casino Barrière.

L'équipage en tête en Tourisme lors du regroupement de midi.
TOURISME: UN TIMING DIFFICILE A TENIR...
... Mais des équipages bien décidés à en découdre! Le principe: trouver le plus de CP (contrôles de passage de tout type) en faisant le moins de kilomètre. Cette première matinée de rallye permet toutefois de constater que la confrontation entre les GT et les Classics a bien lieu. C'est l'équipage n°42 (Philippe et Corine Ebener, Alpine A110, 2018) qui prend la tête du classement provisoire au moment du repas à Montreux, avec 41 points. Suivent  les équipages 31 (le couple Tornay) et 38 (Henry/Besson) avec tous deux 45 points...

REPRISE DES HOSTILITÉS: UN APRÈS-MIDI PLEIN DE SURPRISES!
Du côté régularité tout d'abord
Avant d'attaquer la ZR6 (Les Grangettes) 5 équipages comptent moins de 100 points de pénalité. Dans l'ordre: les numéros 20, 6, 1, 5 et 8.
La ZR6 remportée par l'équipage féminin n°4
Mais c'est un équipage féminin qui met tout le monde d'accord dans cette première ZR de l'après-midi. Géraldine et Agathe Dufour font 7 points, devant Rick/Maillard (12 points), Lachenal/Belotti et les Vanrolleghem (18 points) puis Spart/Gottburg avec 19 points.

La ZR7 (La Grand Eau) fait un nouveau coup de sac parmi les équipages. C'est l'équipage 15, Claude-Alain Cornuz / Myriam Junod qui la remporte avec 15 points. Suivent: Rick (23 points) Spart (25 points) et Gonon (40 points).

La ZR8, Torgon, revient aux Français Xavier Rossetto-Casel et Françoise Mornex, avec 9 points, une belle revanche après leurs problèmes techniques les ayant conduit à louper la ZR7... Suivent, Brajkovic avec 14 points, Rick avec  16 points et Pernet (17 points).

Le point de la situation avant d'attaquer les 2 ZR en boucle:
1. Rick/Maillard, 116 points - 2. Lachenal/Belotti, 160 points - 3. Gonon/Hugon, 203 points - 4. Spart/Gottburg 208 points.

Les ZR9 et 10 se déroulent à St-Maurice, sur le circuit du centre de formation routière appelé le "L2" où un slalom en boucle est tracé. Le principe pour la catégorie Régularité: 1 tour de reconnaissance, 1 tour de référence, et 2 tours à tenter d'égaler le tour de référence, et surtout, ne pas toucher un cône (10 points de pénalité!)
La pluie s'est invitée depuis un moment, les équipages restent prudents, et plusieurs d'entre eux feront 2x0 points soit: le 1, le 20, le 16 et le 8.

Avec un retour à Villars, cette longue journée prend fin et permet de faire les comptes:





















L'équipage favori n°1 pointe en tête du classement provisoire Régularité après la première étape...


Du côté de la catégorie Tourisme ensuite.
Quelques surprises au programme avec la possibilité facultative de faire de la régularité sur la ZR8 (Torgon) puis du côté du L2, le slalom sur le circuit, tracé pour la régularité servira de parcours à l'aveugle pour les "Tourisme".
Cette 2ème partie de journée confirme la domination de l'équipage 42, qui survole les débats, mais qui subira la loi du coefficient de l'âge du véhicule pour finalement terminer la journée au 2ème rang du classement provisoire.
Le slalom à l'aveugle est remporté par l'équipage 37 (Joël et Laurence Schranz, BMW Z3), tout comme la ZR facultative, ou l'équipage 37 réussi un 18 points ce qui le classerait au 4ème rang en Régularité! Bravo!
En fin de journée, tout comme dans l'autre catégorie, c'est le moment de faire ses calculs en vue de l'étape 2.

























L'équipage n° 38 pointe en tête du classement provisoire en Tourisme après la première étape!

ETAPE 2: LE COUTEAU ENTRE LES DENTS EN RÉGULARITÉ!
Foi de Directeur de Course, l'étape 2 en régularité peut souvent s'avérer décisive!
Ils étaient classés 3èmes et 4èmes après l'étape 1. Patrick Spart/Francis Gottburg (voiture 2) et Florian Gonon/Frédéric Hugon (voiture 16) ont cependant décidé de ne pas en rester là. Et ces 2 équipages, grands compétiteurs dans l’âme, n'ont pas failli dès le départ de ce dimanche matin. La ZR11, du côté de Collonges en fut le premier test.  La voiture 2 fait 5 points, la 16 fait 9 points... Entre les 2 l'équipage féminin Mihaela Brajkovic / Isabelle Dogne (voiture 17) fait 7 points.
ZR12, Charrat, voiture 2: 32 points, voiture 16: 29 points. Sur cette ZR piégeuse pour les habitués du rallye Suisse,  c'est le Français Georges Lauret qui se distingue avec seulement 3 points.
ZR13, Sapinhaut, la voiture 2 fait 6 points, la 16, 5 points. Cette ZR est remportée conjointement par le couple Lauret, et les Vanrolleghem, avec 3 points... C'est chaud! Il ne reste que 2 ZR au programme.
Après la pause à Lourtier, place à la ZR du même nom, la n°14: voiture 2 = 6 points, voiture 16 = 8 points! Ce parcours revient à la voiture 5 (le couple Munsch) avec 4 points. 
La ZR15, Verbier l'ultime épreuve du rallye comporte une petite difficulté, car elle est tronquée sur le début pour cause de travaux. En d'autres termes, les équipages sont informés qu'ils prennent le départ  à la case 3 de la ZR soit 300 mètres plus loin. Avec les tabelles il est possible de corriger le tir, en visant le temps total des 500 premiers mètres sur seulement 200 mètres, puis suivre la tabelle normalement... Le navigateur expérimenté de la voiture 2, Francis Gottburg a surmonté cette petite difficulté de fort belle manière! Le duo à la Mercedes 250CE n°2 fait un magnifique 3 points et remporte cette dernière ZR... 
Dans la voiture n°16, cette difficulté est moins bien assumée. 34 points.
Le dénouement a lieu dans le Val de Bagnes! L'équipage 2 remporte l'étape 2...

... Et l'équipage 16 et 2ème dans l'étape 2!
D'autres équipages maîtrisent également cette particularité, comme les Pernet, Martens et Rick avec respectivement 10, 13 et 14 points...
La messe est dite! Il ne reste plus qu'à rentrer à Villars sans louper de CP!





















Et au classement général du rallye:

Le podium final en Régularité...
Au final, c'est un trio helvétique qui truste le podium. L'usage des tabelles de régularité reste la meilleure méthode de bien figurer au classement. Mais il se murmure déjà que la concurrence étrangère n'a pas dit son dernier mot et ne va pas en rester là! L'Alpine Challenge devient peu à peu un rallye qu'il faut gagner.

ETAPE 2 TOURISME: LES "CLASSIQUES" TIENNENT LE COUP!
Ils font même mieux que cela, en prenant le pouvoir en ce dimanche matin. Les Franco-Suisses Philippe et Frédéric Pasquier, qui remportent l'étape tout d'abord avec leur MG A de 1959, devançant les vainqueurs de l'an passé, le couple Tornay, et leur Volvo 122S de 1967. Au 3ème rang du jour, une GT avec Vincent et Martine Ruffieux sur Porsche 997 de 2005. Le leader après l'étape 1 limite les dégâts et se classe 4ème du jour.
L'équipage 39, les dominateurs de l'étape 2...



Et le podium final en Tourisme...
Au classement final, les 2 premiers ne sont séparés que de 4 points. A noter que la première GT arrive au pied du podium, handicapée par le coefficient dû à l'âge de la voiture...

La catégorie Tourisme/GT est appelée à évoluer, les nombreux retours positifs sont encourageants, et l'édition 2019 devrait pouvoir apporter quelques évolutions permettant de mieux coller à l'ensemble de la manifestation.

Bravo à tous les participants!

samedi 18 août 2018

ALPINE CHALLENGE 2018: AVEC 35 EQUIPAGES !

Organisé pour la 3ème fois par la nouvelle équipe patronnée par le Rallye du Chablais, le rallye Alpine Challenge continue de se diversifier, et de s'adapter aux vœux de ses participants.

LA CATÉGORIE TOURISME PREND SON ENVOL!
Avec 13 équipage inscrits, parmi lesquels 5 en GT, c'est plutôt encourageant pour le directeur de Course de la spécialité. Conduite sur 2 jours, (impasse sur le prologue peu suivi des adeptes de la catégorie) cette "ballade touristique" offrira cette année une diversité dans le roadbook qui ne sera plus seulement composé de tracés sur cartes, mais également de portion en version traditionnelle du type fléché-métré. Pour ceux qui le désirent une possibilité de tester la régularité sur une ZR par jour.
Le vainqueur de l'an passé Julien Tornay (photo) nous avait dit être tenté par l'autre catégorie... Mais finalement il sera bien en Tourisme, et sera ainsi le favori de cette édition. Plusieurs équipages présents l'an passé seront de retour, notamment les GT qui n'avait fait que le prologue en 2017, et pour lesquels le rallye s'est ouvert sur les 2 jours cette année. Mais pour eux, il s'agira d'être meilleurs que les possesseurs d'anciennes, car le coefficient appliqué en fonction de l'âge de la voiture est pénalisant!

LA CATÉGORIE RÉGULARITÉ ATTIRE DES GRANDS NOMS!
Le vainqueur de l'an passé, le Français Jean Rick souhaitait disputer le rallye dans la catégorie Navigation... Mais celle-ci étant à nouveau annulée faute de participants, le sympathique Français viendra défendre sa victoire de l'an passé au volant de sa Peugeot 305GT . Partant avec le numéro 1, il sera suivi d'une meute d'adversaires bien décidés à ne pas le laisser faire! Parmi eux citons le duo composé du pilote Patrick Spart et de Francis Gottburg et leur fidèle Mercedes 250CE, le couple Pernet sur Triumph Spitfire, Le Belge Antoine Brajkovic qui sera présent cette fois avec une puissante Mercedes 450 SLC, Géraldine et Agathe Dufour et l'Alfa Romeo Spider 1750, le couple Munsch et leur redoutable Renault 5 Turbo 2, et les Belges Martens/Dupont avec la Porsche 356 (photo).
Quelques équipages pourraient cependant venir brouiller les cartes... Le duo fidèle des filles Michèle et Magali et leur Lancia Fulvia, qui connaissent une progression constante, l'équipage de la Chevrolet Corvette avec l'expérimentée Célimène Lachenal et son compagnon Pierre-Yves Bellotti... Puis il y a l'ancien organisateur de l'Alpine Challenge, Didier Barthe qui sera le fin navigateur de Daniel Olloz dans leur BMW 325I Coupé, l'organisateur du Cornuz Rally Tour, le pilote Claude-Alain avec sa compagne Myriam Junod et leur Ford Escort. Voilà pour les expérimentés du domaine...
Pourtant si l'on poursuit dans la liste des inscrits, plusieurs inconnues subsistent: que vont faire...
- Le pilote renommé Florian Gonon, navigué par le novice Frédéric Hugon, sur Opel Kadett GTE ?
- Le couple de Français Georges et Lydie Lauret, et leur très affutée Porsche 924 Turbo ?
- Les Belges Lieven et Seppe Vanrolleghem, et leur Porsche 911 SC ?
- Et d'autres ?

Un premier indice sera donné vendredi lors du prologue pour ceux qui y participent (13 équipages) puisqu'il est facultatif... Pour eux en dehors du résultat, ce sera un avantage sur le plan de l'acclimatation et de la mise dans l'ambiance de l'Alpine Challenge édition 2018, par rapport à ceux qui ne prendront le départ que le lendemain.

ORGANISATION SOIGNÉE...
Du côté de l'organisation, tout a été mis en œuvre pour proposer à nouveau un parcours inédit et spectaculaire, ponctué de pauses sympathiques permettant aux équipages de se reposer quelque peu, et aux machines de se refroidir.

dimanche 13 mai 2018

6ème CORNUZ RALLY TOUR: UN JOUR SANS...

ASTUCES ET DEVINETTES AU PROGRAMME...
Présents pour la 4ème fois à ce Cornuz Rally Tour, c'est sans pression aucune que nous avons rallié le nouveau lieu de rassemblement du côté de la Grande Salle de Croy près de Romainmôtier.

Huitante équipages annoncés, un record pour la petite équipe d'organisation emmenée par le sémillant et néanmoins sympathique Claude-Alain Cornuz. L'organisation a semblé cependant un brin plus fébrile que lors des éditions précédentes.

Nous nous sommes, comme l'an passé, inscrits en GT, en espérant secrètement faire aussi bien, voir mieux que lors de l'édition 2017 (12èmes). L'effectif GT annoncé est de 53 équipages. Les "Navigation" sont annoncés au nombre de 27 équipages.
Effectifs réels à l'arrivée du rallye: GT = 50 et NAV =25

Lors du traditionnel briefing, il est temps pour nous de tenter de percevoir un peu plus les particularités du menu du jour, découvertes dans le Roadbook (RB). Nous nous concentrons sur le démarrage du Rallye, qui part directement en zone de régularité (ZR) pour une distance de 13.02 km avec 2 changements de moyennes, et 22 changements de direction.
Quelques astuces de navigation dans ce RB, avec des cases sans km et des noms de lieux ou de direction transformés en prénoms, ce que nous appellerons très vite la partie devinette de ce rallye...
Des contrôles de passage (CP) sous forme de lettres, pinces, présence humaine... Et une neutralisation de 15mn.

Fidèle à ses habitudes, Claude-Alain rappelle aux participants, le respect des règles de circulation, et répète les consignes de sécurité, d'information, etc...

Nous voici donc prêts au départ, toujours sans pression...

PREMIERE ZR: DEBUT DE GALÈRE...

Il est 13h14. Avec notre numéro 47, nous prenons le départ du rallye et de la ZR1 bien concentrés afin de combiner la navigation et la moyenne imposée... Mais soudain, à environ 2,5km du départ une simple petite hésitation sur un changement de direction... et nous nous retrouvons dans un cul-de-sac! Et dans ces petits chemins agricoles étroits, nous sommes très vite entourés d'autres équipages également en galère, ce qui nous retarde passablement (environ 4 minutes) avant de trouver et reprendre le bon chemin et  poursuivre cette maudite ZR...  espérant rattraper un peu de notre retard. Mais là aussi nous sommes contraints de croiser du monde... ce qui fait qu'à l'arrivée finale de la ZR 1, nous accusons , selon notre estimation, un retard de 3mn45s sans compter que nous ne savons pas le nombre de points de contrôles passés avec ce retard!

1ère ÉTAPE: NAVIGATION LABORIEUSE...
Après cette entame ratée, nous reprenons nos esprits afin de résoudre les astuces et devinettes ponctuant le parcours routier de cette étape. Et c'est la recherche de la direction "Elise" qui nous plantera sérieusement de manière à nous envoyer dans une grosse séance de jardinage. Après de longues minutes passées à chercher notre route et à tester toutes les possibilités, nous décidons de rallier Bevais et le lieu de fin d'étape qui est fixé à l'Auberge du Plan-Jacot... afin de nous concentrer sur la 2ème étape. Nous quitterons rapidement ce lieu pour gagner un peu de temps et ne pas se retrouver  derrière trop d'équipages pour parcourir la ZR 2.

2ème ÉTAPE:  45 KM... PUIS NOUVELLE SÉANCE DE JARDINAGE...
Il y a des jours où rien ne va!
En partant du CP marquant l'entre deux étapes, nous parcourrons rapidement les 12,55 km qui nous séparent du CP et de ses 15mn de neutralisation. Puis nous prenons le départ de la ZR 2 (14.35km à une seule moyenne, et 18 changements de direction). Malheureusement alors que nous étions dans la moyenne à mi-parcours, nous sommes ralentis fortement par une camionnette suivie d'une voiture. Impossible à dépasser.... Nous finissons la ZR 2 avec selon nos calculs environ 30 secondes de retard...
La suite du routier, se déroulera assez bien jusque vers le km 45... et là plus moyen de se remettre sur le bon chemin. Nous essayons toutes les pistes possibles puis voyant l'heure du repas approcher, nous décidons de jeter l'éponge... Notre rigueur habituelle dans l'interprétation du roadbook nous a bêtement mis hors jeu. Mais c'est également aux débutants venus découvrir cette discipline, que vont nos pensées à ce moment-là, et certains d'entre eux mettront beaucoup de temps pour rallier l'arrivée sans trop comprendre pourquoi...

Classements:
Dans la catégorie reine, la Navigation, 3 équipages terminent le rallye avec 0 points. Conformément au règlement, c'est leur classement en régularité qui les départage. Et à ce petit jeu, c'est l'équipage qui monte actuellement en rallye historique, le duo Morand - Pittet, et leur magnifique BMW 2002 (photo ci-dessous) de 1974 qui remporte la victoire.
Les futurs vainqueurs ici au départ du rallye.



Dans la catégorie GT, un seul équipage fait un sans faute. Le duo féminin Emilie Rappo / Céline Kholer sur Audi A1 de 2015 damne le pion aux 49 autres équipages classés ! Petit clin d'oeil à la voiture la plus ancienne, une rare Hotchkiss 617 Biaritz de 1934, qui permet à son équipage très connu dans le monde du rallye moderne, Fabien Sippel / Jenny Gassmann (photo ci-dessous) de se classer à une magnifique 15ème place!
Extrait de la vidéo tournée sur le parcours 2018 du CRT


Dans le classement Régularité, c'est un équipage grand spécialiste de la navigation qui remporte la victoire. Jean-Thierry Vacheron / Annette Magnenat se consolent de leur contre-performance dans leur catégorie de prédilection, en prouvant tout de même qu'il fallait être précis en navigation pour bénéficier de l'aide précieuse de la "solution"et jouer le classement REG!
La Porsche 911 de 1984 équipée d'un tripmaster et de sa solution: l'arme absolue pour gagner la régularité du CRT 2018!


Il y avait encore une ultime épreuve, dans cette journée. Le gymkhana, facultatif, consistait pour le pilote à un slalom permettant de s'approcher le plus possible d'un pneu debout les yeux bandés, et seulement guidé par son navigateur... Les vainqueurs, 2 équipages exæquo avec 2 points ont usés d'astuces pour cette atteindre ce résultat... le toit ouvrant pour la 43 et la porte "suicide" pour la 69!
Extrait de la vidéo tournée sur le parcours 2018 du CRT

Extrait de la vidéo tournée sur le parcours 2018 du CRT
  

 
BILAN DE CETTE JOURNÉE ET PERSPECTIVE POUR LA SUITE.
Du côté de l'organisateur, malgré un bilan au beau fixe en ce qui concerne le taux de participation, il nous a semblé comprendre que la 7ème édition n'était pas garantie. Sans nous donner plus de détail, le "patron" de l'organisation nous a semblé faire preuve d'une certaine lassitude. Une telle organisation (2 parcours bien distincts) et une logistique pour plus de 200 personnes c'est lourd! Espérons toutefois que la réflexion que l'organisateur souhaite s'accorder, avant de se décider sur la tenue d'une prochaine édition, soit positive pour tous les amateurs de ce genre d'épreuve !

De notre côté, en terminant 37/50 en GT, et 31/78 en REG, cette fois c'est décidé! Nous allons participer à quelques rallyes comportant de la régularité toujours, mais dont le parcours présente quelques difficultés et astuces de navigation. Une escapade dans un rallye de navigation simple n'est pas exclu car nous manquons clairement d'expérience en la manière. Il est urgent de pouvoir faire face à ce genre de difficulté de manière sûre et sereine pour permettre le déroulement sans encombre de la partie qui nous convient le mieux, la régularité à l'ancienne...